En cette journée froide de février, sept bonsaïste, dont un de Montréal, se sont présentés au rendez-vous où Denis Côté nous attendait pour un atelier de fabrication d’un rocher à l’aide de ciment. Personnellement, je ne savais pas trop à quoi m’attendre comme atelier et je me questionnais sur le déroulement de cette activité. C’est donc avec un peu d’interrogation et d’excitation que je me suis présenté à cette activité que j’attendais depuis un certain temps.

Denis a commencé par se présenter et nous expliquer sa feuille de route dans le domaine de l’art du bonsaï.

IMG_1212

Denis Côté se présente

Par la suite, il a vite entré dans le vif du sujet en nous expliquant le pourquoi et le besoin de créer ce genre montage, ici, au Québec. Vous comprendrez qu’il est difficile et parfois très onéreux de se procurer ce genre de pierre à l’état naturel; c’est donc une très bonne alternative de créer un rocher de toutes pièces à l’aide de ciment.

Après avoir passé en revue différentes techniques de sculpture, Denis nous a présenté des images inspirantes pour la création de notre rocher.

IMG_1216

Étape importante, le croquis

Définir son projet est une étape très importante et s’inspirer de photographies, de paysages, de la nature même, nous aide à choisir les éléments importants. C’est par la suite que nous avons passé au dessin. À cette étape, j’ai pu remarquer dans le visage de certains participants une petite appréhension à l’idée de dessiner son projet. Mais Denis a su dissiper les doutes et tous et chacun ont pu créer une esquisse à l’échelle.

Une fois le croquis réalisé, il a fallu le reproduire en 3D. Pour cette étape, nous avons utilisé de la broche à poule, du fil de fer et des ciseaux à tôle. C’est en modelant la broche et en fixant les morceaux entre eux à l’aide du fil de fer que nous avons réussi cette étape. Le tout prenait forme.

Une fois la structure réalisée, il suffisait de la recouvrir de ciment. Denis nous a fait comprendre qu’il ne fallait pas trop y aller dans la dentelle. En effet, le ciment devait être appliqué en « motte » sur la broche à poule… la finition serait pour plus tard !

Personnellement, je me suis fait remettre à l’ordre, je flattais un peu trop le ciment ! « Nous avons besoin de texture pour l’instant, tu vas voir, la finition se fera au prochain atelier » ; me disait Denis.

IMG_1248

C’est donc à l’aide de papier, d’un crayon, de broche à poule, de fil de fer, de ciment, de sable, de gravier, et bien sûr de l’imagination et de l’huile de coude, que nous avons réalisé la première étape de notre projet.

IMG_1293

Le « rough » est fait … attendons la suite !

Maintenant que le « rough » est fait, nous avons tous bien hâte à la prochaine rencontre pour peaufiner notre rocher. C’est avec beaucoup de plaisir que nous avons passé cette journée d’atelier.

Nous disons donc à dans un mois.

Sacha Bois

Advertisements