salle

Notre expert à nous, Brian Donnely, est venu nous rencontrer lundi dernier afin de nous entretenir sur les techniques de pliage des grosses branches. La période de l’année ainsi que les prévisions météorologiques étaient cependant optimales pour une première partie sur les protections hivernales puisqu’une température de -8°C était prévue pour la nuit suivante.

Cette première partie fut composée de photos des multiples installations d’hivernage de Brian. Ces installations sont dépendantes de la rusticité de l’espèce, mais il faut aussi être conscient que les racines de nos arbres locaux sont normalement sous la terre et donc beaucoup mieux protégées en hiver que dans nos pots à bonsaï. La majorité des abris présentés avaient donc comme objectifs :

  • protéger les racines en isolant le pot avec du sable et/ou du paillis;
  • d’éviter l’accumulation de neige potentiellement dommageable pour la partie supérieure des arbres;
  • contrôler les fluctuations importantes de températures.
3

Photo tirée de la présentation de Brian, installation hivernale.

2

 

 

 

 

 

La pièce de résistance de la soirée était l’explication et la démonstration de techniques DSC01630de pliage de grosses branches. Brian nous mentionnait qu’il préfère choisir son matériel (ses arbres de collecte principalement) afin d’éviter d’avoir à faire des pliages importants. Ces techniques sont toutefois essentielles à tout adepte de l’art du bonsaï. Brian a amené deux magnifiques bonsaïs en guise de démonstration. Un pin gris et un genévrier de San José. Le premier plus flexible que le second. Les méthodes discutées et/ou démontrées furent les suivantes :

  • sectionnement en quartiers du bois lignifié (non démontré);
  • protection de la branche à plier à l’aide de raphia, de bandes de caoutchouc, de rubanDSC01649 d’électricien ou de tout autre matériel similaire. Le raphia comportant l’avantage de se resserrer en séchant, mais ayant le désavantage de se désagréger et d’adhérer à l’écorce lorsqu’en place pour une longue période;
  • support de la branche par l’ajout de fils de gros calibres parallèles et en contact constant à la branche afin d’augmenter le support à l’écorce;
  • ligature avec fils de forts calibres, le cuivre offrant un plus grand support que l’aluminium;
  • haubanage, techniques d’ancrage et méthode de resserrement. Ici, il importe de ne pas faire le tour de la branche avec le hauban, mais plutôt de fixer celui-ci au fil de ligature déjà installé sur la branche. L’utilisation du fil de cuivre étant préférable puisqu’il s’étire moins que l’aluminium;
  • protection du point de connexion de la branche (l’aisselle) en utilisant un bloc de bois;
  • utilisation des barres d’acier comme points d’ancrages, mais aussi comme levier permettant de procéder au pliage nécessitant une grande force.

outil-1

Claude Savard, fier de la torsion herculéenne effectuée lors de l’atelier de David Easterbrook, siégeait confortablement à l’arrière de la salle. Persuadé d’avoir tout vu à ce sujet, mal lui en prit, car Brian Donnely a su démontrer à tous, incluant Claude, l’efficacité de techniques bien exécutée!

10411056_310651472457637_1131605851327641497_n

« Le pin gris de la démo. sur la torsion de lundi soir, une fois ligaturé. » – Brian

Advertisements